Assistantes médicales, un dossier urgent

Voici un moment qu’on bataille sur une situation ubuesque où la réorganisation qui a débuté le 3 septembre a mis les assistantes médicales en grandes difficultés physiques et psychiques se traduisant par des arrêts et accidents de travail en nombre.

Nous sommes intervenus à plusieurs reprises sur ce sujet en négociation annuelle obligatoire (NAO) le 14 septembre, en délégués du personnel, le 21 septembre, en CHSCT le 13 septembre. Réponse du DGA, « on n’est pas sur le marché de Brive la Gaillarde !! on n’est pas dans une petite boîte de 300 salariés mais dans une grosse entreprise de 800 salariés et il faut respecter les consignes… »

On parle souffrance au travail, il nous répond organisation, production, retard… alors, la souffrance au travail ? Le cadet de ses soucis. Donc pour tenter de  lui mettre la réalité devant les yeux, nous avons déclenché une expertise CHSCT plus un droit d’alerte avec le syndicat SUD, plus un débrayage ou les salariés sont montés à l’étage direction le 9 octobre exprimer leurs grandes difficultés. Un directeur général encore en-dessous de tout qui, sur un ton répressif, a affirmé que la direction allait s’occuper plus particulièrement de certains secteurs encore épargnés et un DGA répétant qu’avant qu’il n’arrive, l’Institut était dans la gabegie et que cela allait changer. Alors cela bien sûr ne nous intimide ou ne décourage pas sur ce dossier, où comme d’autre, la santé des salariés est au cœur de nos préoccupations.