Augmentation d’activité et dégradation des conditions de travail des ASH

Depuis le mois de novembre 2014, les élus FO ont interpellé la direction sur la dégradation des conditions de travail des ASH en hospitalisation, notamment en médecine. Dégradation liée à l’augmentation des chimiothérapies faites en ambulatoire dans les secteurs d’hospitalisation et à l’augmentation des essais cliniques au 4éme auxquelles  il faut rajouter la réorganisation subie il y a 4 ans qui avait déjà diminuée l’effectif des agents hospitaliers. Nous avons donc formulé une demande d’augmentation de l’effectif ASH et ce pas moins de 6 fois en séance des Délégués du personnel entre novembre 2014 et juin 2015 !

La direction n’avait pu que confirmer nos arguments concernant l’augmentation d’activité, ceux-ci étant directement tirés de leur rapport d’activité.

La Direction nous a baladés pendant tout ce temps en limitant leur réponse au 4éme étage, évoquant la possibilité d’une création de poste d’ASH sur des crédits de recherche, puis le regroupement des chimiothérapies en  ambulatoire sur un secteur du 2éme étage.

En réalité la direction n’a jamais réellement étudié la situation pendant six mois, sauf au mois de juin où une étude chiffrée de l’activité a mis en évidence l’augmentation des chimiothérapies effectuées en ambulatoire et une augmentation des séjours en essais cliniques qui impacteraient de 20% à 30% supplémentaires le travail des ASH.

La conclusion de la direction est que cet accroissement d’activité ne peut justifier un recrutement.

Nous sommes consternés par le mépris de la Direction sur ce dossier et face à nos arguments incontestables. Nous sommes également consternés du peu de considération qu’a la direction des conditions de travail qui se dégradent constamment en  hospitalisation (et ailleurs) .

En attendant les ASH doivent, à effectif constant, absorber 20 à 30% d’augmentation d’activité !