Hospitalisation : cycle or not to cycle ?

Nous avons soulevé un débat sur l’organisation de travail des soignants. Vous vous rappelez que la DRH avait tenté de nous gruger en nous présentant un accord d’entreprise en NAO avant les vacances qui en gros ne parlait plus de cycle dans les organisations de travail en hospitalisation mais de dispositions légales qui permettaient de faire des plannings modifiables dont le délai de prévenance serait inférieur à 7 jours avant une prise de poste. Le cas échéant, si la modification intervient dans un délai compris entre 4 et 7 jours avant la prise de poste, il serait offert gracieusement 1 heure de récupération au salarié ayant subi ce désagrément.

Lire la suiteHospitalisation : cycle or not to cycle ?

Chronique d’un fiasco en management du changement !

la-vie-de-bureau-en-huit-dessins-5-la-strategie_4550120

Nous avons vécu ces quelques derniers mois une espèce de feuilleton rare sur la modification des roulements en hospitalisation avec comme acteur principaux notre couple DGA-DRH et notre Directrice des soins.

Episode 1 :

Mai 2014, la direction demande à la direction des soins de concevoir des roulements en hospitalisation pour les IDE et AS en intégrant les CDI pool de ces 2 catégories: Pourquoi ?

Historiquement il existait dans chaque service 1 à 2 CDI pool par catégorie professionnelle, qui au fil du temps et suite aux départs naturels à la retraite, aux démissions ou mutations internes, permettaient aux CDI pool d’intégrer dans un délai de 2 à 3 ans un roulement fixe.

Le parcours naturel étant donc CDD/CDI pool/CDI roulement.

Notre DRH, dès son arrivée, n’a cessé de prôner le système idyllique de l’auto remplacement du CHU. Tellement idyllique qu’il l’a d’ailleurs quitté !

Il ne s’agit en fait que d’un regard purement comptable de la situation. En effet un CDI pool revient en terme de masse salariale 20% moins cher qu’un CDD avec beaucoup moins de risque de contentieux. La mauvaise gestion des CDD coûte effectivement très cher à l’établissement (contrats abusifs, non signés, CDD de plusieurs années – 5 à 6 ans parfois).

Donc se retrouvant avec de nombreux CDI pool ne pouvant accéder dans un délai raisonnable à un roulement fixe (et on comprend), la Direction des soins a eu la petite idée de refondre tous les roulements.

Un zéro pointé a été attribué par les salariés dés la première mouture. Nous avons demandé une table ronde en juillet 2014 en présence du DGA, de la DSI, des cadres, de salariés et de représentants syndicaux.

Pour faire simple, la direction n’a pu que constater une iniquité entre les services de médecine et de chirurgie, entre les AS et les IDE, entre le personnel de jour et le personnel de nuit. Rupture de l’égalité républicaine  appuyé par un refus par référendum que nous avions organisé !

La copie était donc à revoir…

Episode 2 :

Après plusieurs mois de grand silence sur la question, ponctué par quelques réunions pour faire joli, et en guise de récompense après les efforts de tous suite à la certification, revoilà les projets de roulements qui retombent  mais uniquement  pour la chirurgie. Exit temporaire de la médecine. L’égalité républicaine commence à prendre du plomb dans l’aile !

Alors pourquoi la chirurgie ? L’augmentation du nombre de lits en ambulatoire au 5ème a pour conséquence de fermer ce secteur le week-end et donc nos comptables constatent qu’une infirmière est en « surstaff » (terme dialectique branché de manager largement utilisé par notre infirmière générale) et décident que les AS de nuit ne servent plus à rien le dimanche. On n’a pas forcément la même vision de la motivation de la Direction. En définitive nous avons un étage, le 5ème, qui a des conditions et des rythmes de travail à peu près acceptables et un autre étage, le 1er, qui est au bord de la rupture. Nous avons fait beaucoup d’intervention à ce sujet, pour les salariés de nuit et de jour en DP, CE et CHSCT.

La direction réorganise tout, en mutualisant IDE/AS, JOUR/NUIT, 1er/5éme. Objectif :  mutualiser et répartir la pénibilité. Notre DRH a eu très récemment le culot d’affirmer que grâce à ce projet, le 1er étage avait bénéficié d’une création de poste (Comité d’entreprise du 5 octobre). Nous l’avons repris : “vous avez réorganisez à effectif constant”. L’égalité républicaine revue et corrigée à la mode Direction.

Sauf que là encore la conception des roulements n’est pas le point fort de notre directrice des soins. Une nouvelle espèce de soignants apparaît. Le volant temporaire dénommé « V » et dont on ne sait pas trop comment il va voler. Il n’est pas démenti qu’il sera susceptible d’aller voler en médecine et au gré du vent.  Les AS font la girouette  entre le 1er et le 5ème et les IDE garde des spécificités entre 1er et 5ème. Tiens, l’égalité en reprend un brin !

Les AS de nuit voient apparaitre 3 nuits de suite en semaine, ce qui n’existe pas dans le roulement des IDE de nuit.  Un autre brin.

Il faut que l’on vous raconte comment la Direction a repoussé l’alerte du CHSCT sur le risque que présente pour la santé des AS de nuit, de travailler 3 nuits de 12 heures consécutives en semaine. Elle organise un pseudo référendum informel où non seulement les AS “votent” mais aussi les IDE. Accepter la revendication des AS et du CHSCT obligerait, selon la direction des soins, les IDE à composer leurs vacances avec les AS. Donc elles auraient “voter” non. Sauf que les résultats n’ont pas été communiqués, que le référendum a eu lieu lors des deux premières semaines de juillet, pour les CDD comme les CDI, pour les salariés permanents de nuit comme les provisoires, que les enjeux du “vote” ont été dissimulés aux IDE,  et que celles-ci sont furax d’avoir été manipulées.

Une vraie farce ! Cerise sur le gâteau, quand on pose la question au DRH sur les risques pour la santé des AS causés par ce roulement, froid et droit dans ces bottes, il nous explique que la médecine du travail pourra assurer un suivi médical ! (Il nous avait fait le même coup avec les plongeurs qui travaillent dans des conditions détestables). La ressource humaine notre DRH, il l’essore et s’assoit dessus !

3éme brin pour la belle égalité :  perte de salaire également avec moins de dimanches et fériés pour les salariés et il semble bien que ce soit la motivation principale de la direction ! Seulement celle-ci ne veut pas communiquer les montants des économies générées par ce projet ! Vraiment pas très transparente !

Episode 3 :

Devant ces coups tordus, et les risques réels que présente cette nouvelle organisation pour la santé des salariés, le CHSCT a demandé et voté une expertise condition de travail.

La direction démarre cependant le projet début octobre bien que la loi interdise que le projet soit mis en œuvre avant la remise du rapport d’expertise et l’avis du CHSCT qui devraient avoir lieu fin octobre. Une nouvelle fois la direction s’assoit sur cette règle ! Au passage, par mesure de rétorsion elle annonce qu’elle supprime le local CHSCT (séance DP du 28 septembre 2015)

Les salariés s’aperçoivent également que ces fameux jours en V volant ou les “surstaffs” sont de vrais objets de flexibilité qui sont déplacés à une semaine de délai.

 

Notre position

 

Nous pouvons comprendre que du temps infirmier peut effectivement être redistribué du fait de l’extension de la chirurgie ambulatoire en semaine !

Pourquoi ne pas avoir simplement réaffecté ce poste en 8h au premier étage pour équilibrer les effectifs 1er/5éme et la charge de travail.

Et bien non !  Il vaut mieux montrer qui commande ici, qui est l’autorité, mettre tout cul par dessus tête et on recommencera pour le prochain bâtiment de chirurgie qui ne pourra pas recevoir cette nouvelle organisation en l’état.

En effet l’augmentation du nombre de lits en ambulatoire, la création d’un service de semaine, la réduction du nombre de lits d’hospitalisation classique rendront ce roulement obsolète !

Que d’énergie, de tension, de frustration, d’opposition, de défiance pour RIEN ! Une vraie logique de l’absurde.

Résultats: les équipes sont écœurées, démotivées et très inquiètes pour leur santé physique et mentale, et des rapports conflictuels sont apparus entre l’encadrement et les équipes.

Chère EGALITE !

Un vrai cas d’école pour les apprentis MANAGER !!!

Enregistrer